Paul Eluard, « L’ombre aux soupirs »

« Parmi lesdits textes, sa mémoire choisit ce poème qu’il leur avait expliqué, où il était question d’un rêve se liquéfiant, de portes immobiles qu’on aurait voulu ouvrir sur la mer. Il se souvenait de l’incompréhension qu’il avait d’abord lue dans les yeux des élèves, puis de leurs visages qui s’étaient peu à peu décontractés lorsqu’il les avait amenés à revêtir une autre logique. Il avait fallu une semaine entière pour qu’ils acceptent d’imaginer un monde où une action ne serait pas entraînée par une autre, mais par sa forme ou sa couleur, par le son de l’hélice qui tourne, identique dans son décollage à celui des ailes de l’oiseau qui s’évade. »

 

Comme le monde des Fourches caudines ne correspond pas au monde tel que nous le connaissons, je n’aurais pu être cohérente en faisant qu’un personnage fasse directement référence à un auteur réel dans le roman. Ceci dit, quelques clins d’œil s’y glissent malgré tout, et le premier est fait dans l’extrait ci-dessus.

Guillaux y fait allusion à un poème sur le rêve, où il serait question d’ouvrir « les portes de la mer » et où la logique serait différente de celle qui régit notre monde. Ce poème s’intitule « L’Ombre aux soupirs » et fut écrit par Paul Eluard. Le voici.

 

L’Ombre aux soupirs

Sommeil léger, petite hélice,
Petite, tiède, cœur à l’air.
L’amour de prestidigitateur,
Ciel lourd des mains, éclairs des veines,

Courant dans la rue sans couleurs,
Pris dans sa traîne de pavés,
Il lâche le dernier oiseau
De son auréole d’hier —
Dans chaque puits, un seul serpent.

Autant rêver d’ouvrir les portes de la mer.

 

Je vous épargnerai toute l’analyse très personnelle que je fais de ce poème ; j’éclairerai seulement la question de la logique. En effet, les éléments du texte semblent manquer de lien entre eux (qu’est-ce que cette « ombre aux soupirs », quel rapport entre « la traîne » et « les pavés », entre « l’auréole » et le « puits » ?) Ces liens ne sont pas des liens logiques : une ombre ne soupire pas, par exemple. Mais il y a entre eux néanmoins une association d’idées : la traîne et les pavés s’étirent tous deux derrière le personnage ; l’auréole et le puits sont liés par la même forme circulaire.

Ce type de liens s’apparente davantage à ceux du rêve qu’à ceux de la vie éveillée. En effet, dans les rêves, les liens entre les actions, les lieux et les idées peuvent aussi bien être la cause et la conséquence que la forme ou la couleur. Pour moi, « L’Ombre aux soupirs » est le récit d’un rêve absurde, inexplicable, au point qu’il serait plus logique de « rêver d’ouvrir les portes de la mer », à savoir réaliser quelque chose d’impossible.
Ce poème a fait forte impression sur moi et le thème des Fourches caudines se prêtait à en laisser une trace. J’aimais l’idée que Guillaux utilise aussi des poètes pour parler du rêve à ses élèves.

Au centre de mes histoires, il y a systématiquement une œuvre : une chanson de Manset, Alice au pays des merveilles, la poésie de Paul Eluard (entre autres). Le défi du narrateur est alors de mesurer le poids de la réalité face à la vision artistique qu’en propose l’œuvre en question. Je me rends compte que c’est aussi mon propre questionnement : la fiction surpasse-t-elle le réel ou l’appauvrit-elle ?

Héliä a construit un hologramme pour Guillaux, à partir de l’étude du poème : celui-ci n’en est pas à sa dernière apparition. Il jouera un rôle-clef…Bien plus tard. Peut-être les portes de la mer s’ouvriront-elles enfin…Ou se fermeront-elles à jamais.

Et vous, trouvez-vous l’inspiration chez d’autres auteurs ? Considérez-vous qu’écrire soit aussi une forme d’hommage à ces derniers ou au contraire une forme d’émancipation ?

AM.

Un commentaire sur “Paul Eluard, « L’ombre aux soupirs »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s