Héliä

  • Episodes 1 à 8

Héliä est né en 2126, plus précisément le 1er du mois d’Hélios (notre équivalent de Juillet), d’où son prénom, qui signifie « Soleil ». Elle grandit aux côtés d’un couple de deux parents hétérosexuels (ce qui ne constitue nullement une norme dans Edistyä, qui a échappé au poids des croyances de notre monde). Elle a un petit frère, Jonas, ce qui est assez rare : la démographie édistyenne est en berne, les gens font peu d’enfants et ces derniers sont en général indépendants très tôt, dès l’âge de quatorze ou quinze ans.

Héliä a été l’élève de Guillaux, au sein de Bogus, pendant quatre ans, de même que Lysandre, amoureux d’elle depuis un temps indéterminé. C’est une jeune fille qui a été très bien élevée, au sens où on l’a intellectuellement armée – mais elle soupçonne sa mère de collaborer avec d’obscurs ennemis, sans pouvoir dire vraiment lesquels. Elle est très curieuse de tout, et a essentiellement deux passions : la synesthésie et le rêve lucide.

Je reviendrai en détails sur ces deux points, mais ce qui intéresse Héliä, c’est en gros le fait d’agrandir ses perceptions, dans le but de créer un monde meilleur, plus complet, plus ouvert, plus riche.

Depuis qu’elle n’est plus l’élève de Guillaux, elle continue de briller dans un lycée privé où elle passe incognito, et entame maladroitement une relation avec Lysandre, qui lui fait cadeau d’une clef de sauvegarde pour ses rêves. Mais tout bascule un soir où rentrant chez elle, Héliä surprend une étrange discussion entre ce dernier et sa mère, Chloris…Elle décide alors d’en informer son ancien professeur.

  • Episodes 9 à 14 :

De plus en plus contrainte par le cercle familial, Héliä accepte de s’enfuir avec Guillaux pour rejoindre la communauté d’Alias, laissant derrière elle, non sans culpabilité, son petit frère et son père. On découvre que sa relation à sa mère est assez complexe, car Chloris est un personnage ambigu. On en apprend également davantage sur le rêve récurrent d’Héliä, qui consiste à escalader sa propre colonne vertébrale, à fuir une foule, afin d’entrer dans son crâne transparent, rempli de fumée. Pour parfaire sa technique de rêve lucide, elle n’hésite pas à utiliser la clef de sauvegarde que Lysandre lui a offerte, même si elle ignore réellement comment fonctionne celle-ci…

  • Episodes 15 à 23 :

Héliä tente de trouver sa place au sein d’Alias et pour cela travaille intensément sa pratique du rêve lucide.

  • Episodes 25 à 30 :

Héliä s’insère de plus en plus facilement dans la vie d’Alias. Elle améliore sa pratique du rêve lucide, participe à la vie communautaire. Une nuit, alors qu’Isaac l’aide à gérer ses rêves, elle insiste pour faire venir son petit frère Jonàs et propose pour cela de passer par les égouts, ce qui met Guillaux hors de lui : ce dernier lui fait promettre de ne jamais passer par là. Les retrouvailles avec son frère finissent par s’organiser et, allant le chercher, Héliä apprend deux choses : d’abord, son père est mort, soi-disant d’un « accident », depuis treize mois. Ensuite, c’est Lysandre qui semble s’être, depuis, occupé de Jonàs. Héliä se met à douter de tout et même, quelques secondes, de l’honnêteté de Guillaux.

  • Episodes 31 et 33 :

Héliä ne sait plus vraiment vers qui se tourner depuis la mort de son père. Si elle semble « progresser » durant son rêve récurrent (elle est parvenue à entrer dans la maison, mais y a appuyé sur un bouton qui a fait exploser tout Edistyä), elle peine à mener à bien son projet de synesthésie et on apprend dans l’épisode 34 qu’elle s’isole souvent, parfois pour pleurer.

  • Episode 37 :

Sur les conseils d’Isaac, Héliä accepte, non sans peine, de s’entretenir avec Bastien, qui peut lui apporter de précieux éléments pour mener à bien son projet de synesthésie. La jeune fille découvre à la fois le génie et les troubles de l’architecte. Par ailleurs, elle révèle à Isaac qu’elle voit ses traumatismes, quand bien même il tente de les cacher, et tous deux entament une relation plus amicale et plus franche, au-delà des désirs de protection qu’a Isaac à l’égard de son ancienne élève.

 

Le rêve lucide d’Héliä

Le rêve récurrent d’Héliä, dont elle tente de prendre le contrôle grâce à la pratique de la lucidité, est un point important de son évolution à travers le premier tome des Fourches caudines. Je vous le résume ici !

Le rêve lucide d’Héliä se découpe en plusieurs parties, dont la jeune fille prend le contrôle peu à peu.

Tout commence avec l’ascension : Héliä doit monter en haut de sa propre colonne vertébrale, suspendue dans un grand néant blanc. La colonne est glissante, elle bouge, cherche à la tromper.

Alors qu’elle arrive en haut, Héliä fait face à une gigantesque colline de verre, qu’elle foule et qui tourne sous ses pieds, se transformant parfois en herbe. Elle doit alors courir à travers la foule de ceux qu’elle a connus ou juste aperçus dans sa vie, et tente souvent en vain de retenir leurs visages.

La deuxième partie commence lorsqu’Héliä aperçoit le crâne transparent, rempli d’une épaisse fumée noire, à l’arrière duquel un cadre de bois se découpe, offrant une entrée. La foule arrête de bouger lorsqu’elle Héliä l’aperçoit et l’identifie comme le sien. S’approchant de l’ouverture, elle distingue une cuve de pierre dans laquelle flotte une flamme bleue.

A l’intérieur du crâne, tout est extrêmement sombre, et Héliä comprend vite que la flamme bleue est censée l’aider à se déplacer parmi les ombres. Etape délicate, car la flamme meurt très souvent avant qu’Héliä ne parvienne à monter en haut de la grande pente qu’elle sent sous ses pieds.

A force d’ascensions, Héliä finit par arriver en haut d’une gigantesque falaise, où trône la maison de son enfance. Celle-ci disparaitra parfois, remplacée par des trombes d’eaux murmurantes. Mais une fois, Héliä parvient à entrer à l’intérieur. C’est là que commence la troisième partie de son rêve.

Héliä arrive dans ce qui lui semblait être la maison de son enfance, mais qui de l’intérieur ressemble en réalité davantage à celle qu’elle partage avec Isaac. Alors qu’elle avise une fenêtre, elle découvre un panorama total d’Edistyä qu’à la faveur d’un bouton rouge qui apparait sur le mur, elle fait littéralement exploser, ne sachant pas si c’est ou non une bonne chose.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s