La carte d’Edistyä

Aujourd’hui, je partage avec vous la carte d’Edistyä ! J’ai conscience qu’il y a beaucoup de communautés et de noms cités dans Les Fourches caudines, et je crains que le lecteur ne s’y retrouve pas toujours, même si davantage d’informations seront données plus tard. Alors voilà, la bête ressemble à…

Carte 1
LA FRANCE ! TADAAAAA ! 🙂

 

Je suis partie de la carte française en toute logique, puisque Les Fourches caudines se veut également une critique de notre pays (et parce que je ne voyais aucun intérêt à construire quelque chose de différent…) Cela me permettait également d’envisager des changements climatiques cohérents. En effet, le récit ayant lieu dans les années 2140, Edistyä est une version « mutilée » de la France actuelle, avec un sud beaucoup plus chaud dans lequel on plante désormais des plantes et céréales résistant bien à la chaleur, comme le sorgho. Cette chaleur est souvent mentionnée par les habitants d’Oniria.

Cela n’apparaît pas sur cette carte, mais les mers ont aussi « légèrement » monté ; pour lutter contre cette hausse du niveau de l’eau, on a construit un mur à l’extrême-sud du pays, en pleine mer. Vous aurez l’occasion de découvrir le littoral sinsitré plus tard, car deux personnages des Fourches vont quitter le pays pour les contrées ouest… 🙂

Quitte à parler de l’eau, vous remarquerez un « grand canal »  au nord du pays, depuis la mer jusqu’à la capitale. C’est un projet en construction qui sera mentionné dans Les Fourches, et qui tiendra sûrement un rôle important dans le tome 2 ou le tome 3 (c’est loin, je sais…^^)

La topographie reste la même : fleuves et montagnes tels que nous les connaissons n’ont pas bougé. L’Est est simplement un peu moins montagneux.

Venons-en ensuite aux communautés qui vivent dans Edistyä. Oniria, la terre des Onironautes menés par Josef, se situe au Sud-Ouest d’Edistyä et ne fait pas partie de son territoire. On voit d’ailleurs que le mur ceinturant Edistyä s’arrête aux frontières d’Oniria ; c’est d’ailleurs sur cette partie Sud-Ouest du mur que se trouve la « brèche » plusieurs fois évoquée par Josef et son conseil (très bientôt).

Leiko, la capitale, possède une très large banlieue protégée par une « bulle » qui, au moment où j’écris cet article -après la publication de l’épisode 8- a été mentionnée une ou deux fois mais jouera un rôle capital (ahah, jeu de mots pourri !… Pardon.) plus tard, et notamment dans le tome 3.

Bogus, qui est le nom de l’établissement où travaille Guillaux, est en réalité tout un quartier très large, appartenant à une entreprise du même nom. C’est là que vivent Lysandre, Guillaux et Héliä.

La communauté d’Alias, qui sera évoquée dans l’épisode 9, se situe quant à elle à l’Est du pays. Un peu plus au sud, les communautés des Hérétiques et des Refouleurs (ou Incubes), que nous découvrirons à travers les yeux de Kaël au long du premier tome.

Enfin, les 1 et 2 verts indiquent l’emplacement de l’ancienne Satyä, puis de la seconde, que Daniel a quittée pour rejoindre Tomàs à Oniria. Le reste du pays est une masse informe où vit la « basse-population », comme le gouvernement l’appelle.

Les communautés vivent éloignées de Leiko, pour avoir le moins de rapports possibles avec la capitale et ses forces armées.

Nous aurons l’occasion de découvrir d’autres lieux précis au fur et à mesure de l’histoire, mais je crois que cela suffit pour commencer ! Quelques mouvements vont bientôt avoir lieu : il faut bouger pour ne pas se retrouver coincés sous les fourches !

AM/Lil.

Un commentaire sur “La carte d’Edistyä

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s