Le retournement de situation : épisode 43

Bonjour tout le monde ! Alors, suite à l’épisode 43 publié dimanche dernier, j’avais bien envie de parler un peu du retournement de situation : voilà donc. En revanche : ne pas lire cet article si vous n’êtes pas encore arrivé à l’épisode 43 !

spoiler alert.jpg

Alors, comme vous l’avez remarqué, il s’avère que Kaël, pourtant présent depuis le début du récit, n’existe pas, sinon dans une réalité virtuelle. Il s’agit en réalité de l’avatar d’entrainement de Lysandre, qui cherche à perfectionner sa psychopathie et sa capacité à tuer. C’est ce qu’on appelle un retournement de situation ou carrément point de capiton, quand le retournement de situation est total et préparé depuis le début , par opposition au « deus ex machina » qui est une intervention soudaine (si mes souvenirs de cours de licence sont bons…)

Le retournement de situation est un aspect du récit que je veux travailler, dans tout ce qu’il a de plus spectaculaire en termes d’action. En effet, si j’ai déjà utilisé des retournements de situation, ils avaient plutôt trait au caractère des personnages, à leurs prises de décision. C’était plus facile : un être humain est complexe et versatile. Il n’en est pas de même avec toute une intrigue narrative, surtout quand on est obsédé par la cohérence.

J’ignore si ce retournement de situation fonctionne pour les lecteurs : j’attends vos retours, qui me sont très précieux, pour savoir si vous avez été surpris ou si vous vous y attendiez. En attendant, j’aimerais parler de la façon dont j’ai élaboré ce retournement. Si vous avez des conseils, ils sont plus que bienvenus car c’est tout nouveau pour moi ! 🙂

Alors, pour commencer, il est important de dire que ce retournement m’a surprise moi-même : il n’était pas prévu dans le premier jet des Fourches, du moins pas en tant que tel. Kaël, qui n’avait alors pas de prénom, était un personnage bien réel : Lysandre infiltré. Mais le fait qu’il n’ait pas de prénom rendait difficile la compréhension du texte. Je l’ai donc nommé et puis, tout à fait par hasard, un jour, m’est venue l’idée d’en faire un personnage virtuel, ce qui me permettait d’ancrer davantage l’aspect science-fictionnel des Fourches.

Pour préparer ce retournement, j’ai dû distiller les détails. La plus grosse difficulté (et j’ignore totalement si je suis parvenue à la contourner) était d’être claire sans être trop explicite : le problème, c’est que lorsqu’on a déjà toutes les informations en main, qu’on les distille dans beaucoup d’autres informations qui parviennent elles aussi au lecteur, c’est délicat, sans bêta-lecteurs, de savoir si l’on y parvient. Je vous propose donc un petit historique des allusions plus ou moins évidentes faites quand à l’identité de Kaël et Lysandre :

  • Dès le début du récit, Lysandre est présenté comme quelqu’un de loyal, investi, mais qui ne parvient à trouver satisfaction que dans les missions qui lui sont confiées par Chloris, dans un contexte que nous ignorons encore. Lors de son premier rendez-vous avec Héliä, il observe les profils publics des gens et on comprend qu’il accorde toute sa confiance à l’Etat d’Edistyä. Il fait souvent allusion à ses entrainements et aux machines dont il dispose pour cela, notamment un hologramme de femme, avec lequel il s’entraine à « tomber amoureux ». Il mentionne également le fait qu’il aimerait avoir du matériel plus sophistiqué.
  • On découvre Kaël dans l’épisode 4 : c’est un ami de Daniel. Ce passage a bien lieu dans la réalité, puisque Daniel existe (son existence est accréditée par son lien avec Isaac). Comme il le révèle dans l’épisode 43, « Kaël » a d’abord été le nom que Lysandre utilisait en tant qu’espion. En effet, nous n’avons jamais accès, autrement, au nom que Kaël utilise lors de ses missions. La seule fois où on lui demande son nom, dans l’épisode 17, j’utilise le discours indirect pour évoquer la réponse de Lysandre.

« – Même pas demandé ton prénom ! hurla son guide, qui ne paraissait nullement gêné par le bruit.
Lysandre beugla la réponse le plus fort qu’il put.
– Et toi ? continua-t-il.
– Valz. Je m’appelle Valz. »

  • Toujours dans l’épisode 4, les points de vue de Lysandre et Kaël sont introduits en même temps. Il est d’ailleurs très fréquents qu’un passage sur Kaël suive ou précède un passage sur Lysandre, et ce dans la totalité des 43 premiers épisodes. Parfois, il y a même des thèmes communs.
  • A la fin de l’épisode 4, quand Kaël décide de quitter Satyä, la ville des Artistes, il part retrouver Cauquasia. Plusieurs allusions sont faites, dès lors, à la réalité virtuelle…

« Kaël n’avait pas de lunettes à réalité virtuelle. Il était cette réalité. Il était son propre exil. »
« On ne lui avait pas menti. »
« La vue de Kaël se brouilla soudain. Ce fut un instant comme si la ville clignotait, se mettait à jour sous ses yeux. »

…au fait qu’il soit là pour apprendre…

« C’était d’ailleurs pour cette raison qu’il était là, pour apprendre. »

… et au fait qu’il surveille de près sa forme physique

« Alors il monta à pied et fut content de constater que sa forme physique était bonne. »

Ces allusions seront répétées plusieurs fois au cours du récit.

  • Dès l’épisode 4, on mentionne également le fait que Kaël recherche l' »image parfaite » : la recherche de cette « image » est aussi évoquée plusieurs fois par Lysandre, notamment dès l’épisode 4, lorsqu’il critique le fait qu’Héliä ne se repose que sur les mots alors que les images sont plus efficaces.
  • Lorsqu’il se promène chez les Hérétiques, Kaël fait plusieurs fois allusion à d’éventuels manquements ou incohérences de cette réalité virtuelle :

« Très vite, il ne distingua plus l’odeur de soufre, comme si elle s’était rapidement évaporée. A l’entrée du dernier cercle de l’enfer, il laissa tomber son sac à dos sur le sol. Il savait qu’il n’en aurait plus besoin. […] Cauquasia, la terre hérétique, semblait une débauche sans fin. Sur le macadam, Kaël trébucha sur deux ou trois cadavres, et découvrit un bras entier en putréfaction dans un cendrier. Cela suffit pour provoquer chez lui un haut-le-cœur. Les odeurs n’étaient pourtant pas si fortes. En réalité, il comprit bientôt qu’il était davantage surpris par la présence du cendrier que par celle du morceau de corps en décomposition. Qui se souciait de ne pas jeter ses mégots sur le sol ? Qui même ici pouvait se soucier de fumer ? Qui plus est, où les Hérétiques pouvaient-ils se fournir en tabac, cette denrée devenue si rare ? […] Kaël jeta un regard alentour. Rien. Il eut l’impression qu’on s’était moqué de lui : où étaient toutes ces légendes que l’on racontait à propos de ces terres ? Les éviscérations, les tourments ? Avait-il fait tout ce trajet en vain ? Tout ici ressemblait à une mise en scène, un décor arrangé : quelques morceaux par-ci par -là, quelques fantaisies. Mais objectivement, il ne s’y passait rien.« 
Kaël mentionne également le fait qu’il se soit renseigné avant de venir là, mais à ce moment, cela pourrait correspondre à ses désirs d’ancien artiste.

  • Dans l’épisode 11, on découvre que Kaël est atteint du rêve épidémique ; lors de son rendez-vous avec Héliä, Lysandre dit en être atteint aussi. Mais ça pourrait simplement être l’épidémie… Cela a pour effet d’ancrer Kaël dans le réel et d’éloigner la possibilité qu’il soit virtuel. En réalité, Lysandre s’est simplement endormi dans son caisson…
  • Lorsqu’il rencontre Chloris, celle-ci mentionne le fait qu’elle sache que Lysandre aime sa fille, et elle lui dit d’ailleurs qu’il serait facile qu’Héliä l’aime en retour… Lysandre, qui a toujours respecté Héliä, refuse cette manipulation, comme il refusera, dans un premier temps, de la suivre dans sa fuite avec Guillaux. Cependant, la réalité virtuelle ne l’engage à rien (croit-il), alors ce sera dans cette réalité virtuelle qu’il s’épanouira sentimentalement. Ainsi, Layla est fabriquée d’après l’hologramme qu’il avait au début, dont la couleur de cheveux est la même que celle d’Héliä. Il n’est par ailleurs pas innocent que Layla soit muette, le langage d’Héliä étant une chose qui terrifie Lysandre, comme il le mentionne lors de leur premier rendez-vous :

« La timidité était pire encore qu’une page blanche. », entre autres allusions dans l’épisode 6.
« A la recherche d’un autre langage, [Kaël] errait dans les rues souillées » (épisode 16)

Au fur et à mesure où, grâce à sa réalité virtuelle, Lysandre réussira à se détacher de son amour pour Héliä, il se remettra en quête du Phare où elle travaille. Au début de son voyage, Kaël fait d’ailleurs allusion à une femme qu’il veut oublier, et ce même dès qu’on le voit avec Daniel :

« Kaël continua de fixer le mur où un portrait de femme s’écaillait lentement, lèpre du béton. […] -– Je sais ce qui t’obsède [dit Daniel]. Tu te demandes comment cela doit être dans certaines autres têtes, face à toute l’apocalypse du monde. »

  • Dans l’épisode 13, Kaël fait allusion à des drogues qui lui sont injectées. On pourrait croire que cela fait partie de sa vie de débauche hérétique : il s’agit en réalité de substances utilisées par Lysandre pour augmenter ses performances.
  • Dans l’épisode 14, lorsque Lysandre apprend qu’Héliä s’est enfuie, il refuse de la suivre. Mais juste après, pour la première fois, Kaël suit une femme dans la rue :

« La tête lui tourna lorsqu’il aperçut cette femme au coin d’une rue. La même forme sombre que celle de son rêve.
Il se mit à la suivre sans s’en rendre compte. Elle avait la même démarche sautillante […] »

  • L’épisode 17 est fait pour éloigner Kaël de Lysandre et semer le doute un peu plus : Kaël s’enfuit chez les Incubes avec Layla alors que Lysandre est en mission d’infiltration dans un endroit complètement différent. Une seule allusion est faite, lorsque Kaël braque une voiture, et qu’il mentionne le fait qu’il devrait être plus prudent lorsqu’il montre qu’il sait faire des choses. C’est d’ailleurs dans ce même épisode qu’est mentionné l’utilisation d’un masque par Kaël : il commence à se dissocier. Dès l’épisode suivant, il commencera à vouloir être physiquement violent avec Layla.
  • Episode 22 : Lysandre refuse de tuer une Inapte dans la rue, ce qui pourrait lui être reproché d’un point de vue professionnel. Il n’est pas encore prêt et a encore besoin d’entrainement.
  • Dans l’épisode 25, Kaël est dans un cinéma abandonné. Il commente le fait que les lumières fonctionnent, ce qui est étrange, et se rapproche encore d’une femme.
  • A partir de l’épisode 27, Kaël rencontre Odin, personnage – virtuel, du coup- qui va devenir son mentor pour en faire un assassin. Plusieurs fois il sera fait allusion au fait que Kaël se batte pour des motivations politiques et, peut-être, aussi, amoureuses. L’épisode du hall aux sacrifiés met en scène une saxophoniste – encore une fois, quelqu’un qui s’exprime autrement que par les mots. Alors qu’il prétend être l’élève d’Odin, Kaël va se révéler maitre en le tuant, et donc en montrant qu’il avait prévu le coup sans qu’Odin le voie. A la fin de l’épisode 39, après l’assassinat d’Odin, « tout devint noir » : c’est la réalité virtuelle qui s’éteint car Lysandre a atteint son objectif. En parallèle de cette progression de Kaël, Lysandre progresse aussi, puisqu’on découvre à l’épisode 34 qu’il a retrouvé Héliä et Isaac.
  • Episode 35 : toutefois, tuer Odin se révèle être moins compliqué que de tuer une femme qui lui rappelle Héliä. Kaël prend une femme en otage mais ne parvient pas au bout de son désir. Dans l’épisode 36, il viole Layla, et mentionne la porosité de la limite entre viol et meurtre : la fracture de l’intimité.
  • Dans l’épisode 42, Lysandre ne fait plus face à l’hologramme de femme auquel il nous avait habitués au début du roman, mais à lui-même dans le miroir. Il semble préoccupé. Il fait encore une fois allusion à ses performances physiques et au contrôle de son rythme cardiaque. C’est la dernière fois qu’il fait allusion à l’affection qu’il porte à Héliä : il mentionne d’ailleurs davantage le respect de son intelligence que de l’amour pur et simple, et cette évocation est jalonnée de propos politiques sur les parasites qui pourrissent Edistyä.
  • De manière générale, la réalité de Kaël est volontairement floue : on ignore qui il est, d’où il vient, quel est son but sur le long terme.

Voilà pour le récapitulatif ! J’ai dû oublier quelques petites choses, mais globalement c’est ça, et il n’est pas facile du tout de gérer l’équilibre entre les informations, d’en dire sans trop révéler. La clef est, je crois, de lister les points communs des personnages, ainsi que leurs différences, et de vaciller de l’un à l’autre. Concrètement, si ça vous intéresse, je me suis organisée grâce à mon schéma narratif : il s’agit d’une liste des points importants à aborder dans chaque morceau où on change de point de vue ; chaque personnage dispose d’une couleur différente pour que je puisse repérer facilement, et j’intégrais dans cette liste les allusions à faire. J’imagine qu’un tableau peut aussi être très efficace, mais je n’aime pas les tableaux ! 🙂

Alors, un retournement de situation, c’est bien sympa, mais à quoi ça sert ? Certes, à choquer le lecteur et à lui rire au nez en lui disant : « Ahah, je t’ai bien eu, tu feras plus attention la prochaine fois ! », mais en soi flatter son ego de démiurge ne constitue pas une excuse suffisante… Quelles sont les conséquences de cette révélation, à ce stade du récit des Fourches ?

  1. D’abord, cela jette un flou sur tout ce que Lysandre a connu dans sa réalité virtuelle : Hérétiques et Incubes sont mentionnés par d’autres personnages, mais existent-il vraiment tels que Lysandre/Kaël les a découverts ? Qu’en est-il d’Odin, de Layla ? Ont-ils des équivalents dans la réalité ? Leur inexistence concrète veut-il dire que nous n’aurons plus affaire à eux ? A suivre.
  2. Ensuite, quelles conséquences pour l’évolution professionnelle de Lysandre ? On découvre que son poste à aussi à voir avec la morale et l’infiltration, mais pourquoi ? A quoi cette réussite lui donne-t-elle accès ?
  3. Last but not least, Lysandre a atteint son objectif : pouvoir se détacher de l’amour et de la compassion en tuant la femme qu’il aime, une Layla construite d’après Héliä. Cela veut-il dire qu’il est à présent en mesure…de se débarrasser de cette dernière, qui, techniquement, agit de manière illégale et peut être casée dans la catégorie des Inaptes ? Après tout, il sait où se trouve le Phare… Ceux qui l’embauchent savent-ils qu’il sait ? Vous devriez vous-mêmes le savoir si votre lecture a été attentive…

A vous de me dire, maintenant ! Etes-vous tombés dans le panneau, ou pas du tout ? Ce retournement vous parait-il bien amené ?

Et oui : il y en aura d’autres ! 🙂

Lil.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s